Après avoir découvert le parc de Brownsberg, et avoir vu comment s’y rendre, voyons maintenant ce qu’on peut faire sur place et où dormir.

Où dormir à Brownsberg ?

Deux sortes de logements sont proposés au sein du parc de Brownsberg :

  • les carbets, où vous pourrez vous installer en hamac. Il en existe deux, Koejake (capacité 6-8 personnes), et Baboun (capacité 16 personnes). En carbet, il faudra amener votre hamac et de quoi dormir (couverture, duvet), en revanche une cuisine est installée dans chacun des carbet, avec à disposition une quantité largement suffisante de vaisselle. Un bloc sanitaire de 4 douches et 4 toilettes est installé à quelques pas des carbets. Je l’ai toujours trouvé propre et bien entretenu (lumière, papier toilette). J’ai dormi dans les deux carbets, partagés ou non avec d’autres voyageurs, et je m’y suis beaucoup plu.
  • les lodges, où vous trouverez des lits, une cuisine, une terrasse, etc. (il y a plusieurs tailles de lodge, à choisir en fonction du nombre de personnes). Je n’ai jamais testé cette solution, je ne peux donc vous donner mon avis. Toutefois, j’avoue que certains lodges sont vraiment très bien situés, avec une vue imprenable sur le lac.

Je vous propose également de découvrir une troisième option pour le moins originale !

Lors de mon séjour dans le parc en 2014, j’ai eu la surprise voir s’installer un van entre les deux carbets. Il s’agissait de Roman, un allemand qui fait le tour du monde avec son véhicule ! Il lui a fait traverser les mers et les océans. C’est une histoire incroyable, que vous pouvez trouver sur son blog.

carbet brownsberg

Les sentiers de randonnées

Il existe plusieurs sentiers de randonnées, et tous partent du campement situé sur le plateau. Une conséquence directe de cette localisation : on commence toujours la balade par descendre, et on la finit toujours par une montée. Donc n’oubliez pas de garder de l’eau pour le retour ! Et des forces, et de la motivation, et … Bref vous aurez compris, les retours ont parfois été durs pour moi…

Ci-dessous quelques infos sur les différents sentiers. J’ai divisé ceux qui permettent d’accéder à une cascade (« val ») des autres.

scorpion brownsberg

C’est une boucle en terrain plat, ce qui est assez notable dans le parc ! Il faut compter environ une heure de marche. Je pense que c’est idéal pour observer la faune, car on peut facilement marcher la tête en l’air plutôt que de se concentrer sur ses pieds. J’ai effectué cette balade en 2014, sans toutefois avoir la chance d’observer des animaux.

 

faune brownsberg

Il s’agit du plus court sentier du parc, il y a un quart d’heure de marche environ pour se rendre au belvédère. Je vous conseille vivement de vous y rendre tous les jours de votre séjour pour admirer le coucher de soleil sur le lac de Brokopondo (et éventuellement l’aurore si vous êtes des lèves tôt). De mon point de vue, c’est un endroit idéal pour déguster un apéro et observer la faune (singes, oiseaux). Ne pas oublier de prendre une lampe pour le retour.

 

Witti CreekJe ne l’avais pas fait lors de mon premier séjour, car c’est le sentier le plus long. Presque 8km pour 4h AR annoncées. Je ne regrette pas de l’avoir fait en 2014, c’est une randonnée magnifique. Lors de la descente on traverse plusieurs milieux, de la forêt profonde et dense à la zone ouverte quasi aride. C’est d’ailleurs assez étrange. A l’arrivée il y a une cuvette magnifique pour se baigner. J’ai beaucoup aimé ce sentier.

 

Antenne Telesur

Pour se rendre à l’antenne, il suffit d’emprunter le sentier Mazaronival, puis à l’embranchement de continuer sur la piste. Le terrain est plat, relativement long (4km), et cette marche permet l’observation de la faune.

 

LeovalL’objectif de cette randonnée est d’atteindre la petite cascade de Léo, nommée d’après Léo Roberts, un spécialiste des arbres du Stinasu, qui a découvert cette chute d’eau et y a cherché de l’or. Il y a environ 1h de marche aller-retour.

Ireneval

Pour se rendre à cette cascade, il faut emprunter le même départ de sentier que Leoval, mais le chemin se poursuit ensuite par une forte pente. La cascade à l’arrivée est vraiment belle, on peut s’y rafraichir (n’attendez pas toutefois une cuvette dans laquelle vous pourrez vous immerger). La cascade vaut le coup d’œil mais honnêtement, ce sentier est assez difficile, surtout la remontée. Je l’ai fait les deux fois, et en 2011 il y avait des cordes pour s’aider, tandis qu’en 2014, il n’en restait que des vestiges.

 

arbre parc brownsberg

Il faut prendre le sentier de l’antenne Telesur au départ, et la première partie (environ 3,5km) est sur terrain plat. La dernière partie (environ 0,5km) est une pente très raide. Si vous parvenez au bout, vous pourrez y découvrir une cascade sympathique, mais sans prétention. Personnellement j’ai abandonné à la vue de cette pente, je n’avais pas la force de la remonter ensuite.

 

faune brownsberg

J’ai fait ce sentier en 2011, je n’en garde pas un souvenir précis. Je crois que le relief est assez important vers la fin, et qu’on débouche sur une rivière avec une cascade. Là encore, ne pensez pas pouvoir vous immerger dans l’eau, mais seulement vous rafraichir.

 

Il existe plusieurs cartes du site. Celle fournie dans le guide de Philippe Boré est tout à fait pertinente.

Je vous fais également part d’une carte dessinée par Evan Bailey, modifiée selon :
Fitzgerald KA, De Dijn BPE, Mitro S. (2002) Brownsberg Nature Park : Ecological Research and Monitoring Program 2001-2006. Paramaribo, Suriname, STINASU. Pour la télécharger en version pdf, c’est ici.

En résumé

Le prix : en 2014, le budget par personne a été de :

  • 50 SRD par nuit en carbet
  • 20 SRD de taxe pour la première nuit puis 10 SRD par nuit supplémentaire
  • 200 SRD le trajet en pick-up de la guesthouse jusqu’au carbet

Difficulté : en fonction des sentiers choisis, la difficulté varie, mais tous les sentiers menant aux cascades sont relativement rudes au retour. Il faut être en bonne forme physique.

A prévoir : de quoi s’alimenter, de bonnes chaussures de marche, des jumelles

Est-ce que je recommande ? si vous êtes en séjour au Suriname peu de temps, c’est le parc le plus facile d’accès. Mais actuellement les installations ne sont plus au top, je conseille d’attendre les actions de la nouvelle gestion avant d’y aller. Fortement conseillé aux passionnés d’ornitho. S’armer quand même de patience pour faire des observations (d’après ce que j’ai vécu).