Si nous sommes allés à Majorque ce week-end de mai, ce n’était pas par hasard. En effet, le deuxième week-end de mai est l’occasion de célébrer la victoire du 11 mai 1561 contre les Maures. Le festival se déroule sur plusieurs jours, cette année il a débuté le 30 avril et s’est terminé le 9 mai.

L’histoire d’Es Firó

Tout commença le 10 mai 1561, lorsque 23 bateaux de pirates arrivèrent aux abords de Majorque. Le lendemain, 1 800 pirates turques et algériens, menés par Ulutx Alí, débarquèrent sur les côtes de Ses Puntes, au nord de Port Sóller. Mais les villageois de Sóller et des villages alentours, encouragés par le capitaine Joan Angelats, se défendirent contre les Maures, et les repoussèrent.

Le premier festival Es Firó fût célébré en 1855, mais son histoire ne fût pas simple car, au début, personne ne voulait se déguiser. Les gens étaient donc payés, et ceux qui étaient déguisés en Maures recevaient 5 pesetas supplémentaires, afin que des gens acceptent de jouer le rôle des perdants. En 1924, le recteur de Sóller a interdit l’entrée à quiconque déguisé en Maure. Heureusement, depuis les années 70, des personnes motivées ont repris en main l’organisation du festival, et bien qu’il y eut des hauts et des bas, il ne cesse de grandir depuis 1996.

La festival dure plusieurs jours, durant lesquels de nombreux actes culturels et sportifs sont célébrés. La « Fira » proprement dite se célèbre le 2ème dimanche de mai. Est alors organisé une foire agricole ainsi qu’un marché où les artisans locaux exposent produits locaux et typiques de la vallée.

Et le lundi suivant la Fira se tient le Firó, qui est donc une reconstitution historique de l’invasion, depuis le débarquement au port de Sóller jusqu’à la victoire sur la place de Sóller, après plusieurs batailles.

Notre journée Es Firó

J’ai adoré cette journée !!! Le lundi 9 mai, le premier rendez-vous était donné à 15h30 à la place de Port Sóller pour répondre à l’appel du Capitaine Angelats. Les Maures ont débarqués par bateau et ont défilé en ville. Beaucoup de pétards, beaucoup de fusils, j’avoue que je n’étais pas hyper à l’aise les premières minutes. Le temps de s’habituer et d’être convaincue que c’est « pour de faux ». Des tirs de canons résonnent dans la vallée pour appeler tous les villageois à la rescousse. Très rapidement, nous nous sommes retrouvés le visage couvert de noir, la tradition étant que les Maures recouvrent de peinture noire les visages des touristes. Après une première bataille, nous avons marché jusqu’à la plage de Repic pour un second affrontement entre Maures et Chrétiens.

A 19h30, une autre bataille avait lieu au Pont de Barona. Ce fût le lieu d’une bataille sanglante à l’époque, et encore aujourd’hui, l’étape est marquée.

Et pour finir, de 20h30 à 21h30 se déroule la bataille finale dans le village de Sóller, jusqu’à ce que le capitaine Angelats déclare la victoire. Malheureusement pour nous, des règles de sécurité ont été appliquées pour la première fois cette année, et cette dernière partie de la bataille n’était accessible qu’aux personne possédant un bracelet, ces bracelets ayant été distribués les jours précédents. Bien qu’arrivés depuis le jeudi soir, nous n’avions pu en récupérer (ce n’est pourtant pas faute d’être allés à la mairie, à l’office de tourisme, etc.). Nous avons donc observé de loin cette dernière bataille, et c’était trèèès frustrant. Seule recommandation : y retourner l’année prochaine, avec des bracelets !

Vidéo souvenir de la bataille de Repic :

En résumé

J’ai énormément aimé cette ambiance avec tous les gens costumés, et je regrette simplement de n’avoir pu assister à la bataille finale. Peut-être une prochaine fois !

Et pour en savoir plus, c’est ici.

Prix du litre de sangria (€)

%

Contente